Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
Retour
Eve Benazeth
2 novembre 2020
Libertés démocratiques associatives : stop aux restrictions !

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Libertés démocratiques associatives : stop aux restrictions !

L’Observatoire des libertés associatives publie son premier rapport au nom évocateur : « Une citoyenneté réprimée ».

Contexte et enjeux

Partant du constat que la restriction des libertés associatives par les autorités publiques locales et nationales est un problème peu reconnu, plusieurs associations ont constitué un Observatoire des libertés associatives en mars 2019. L’ambition était triple : donner une large visibilité à ce phénomène en documentant de façon méthodique 100 cas de restrictions aux libertés associatives, mettre à l’agenda la question desdites restrictions via un travail de publicisation et imaginer des pistes de solutions pour limiter les restrictions abusives. C’est aujourd’hui chose faite avec la publication de ce rapport qui souligne la nécessité pour la régulation politique – et qui plus est en temps de crise – que les associations puissent s’exprimer de manière collective sans répression.

Typologie des entraves et conséquences

Si, parmi les 100 expériences associatives de restrictions sélectionnées pour illustrer ce rapport, nombreuses sont celles qui sont simultanément touchées par différentes entraves, le rapport en identifie quatre principales aux conséquences propres :

  • les entraves discursives (disqualifications des acteurs associatifs, attaques réputationnelles, mises au ban des espaces de concertation, etc.), dont les conséquences pour les associations sont les plus difficiles à identifier car elles touchent aux représentations : il est alors difficile de « laver l’honneur ». Mais il est certain qu’elles peuvent avoir des impacts sur les alliances ou coalitions, certains acteurs étant alors perçus ou présentés comme « infréquentables ». Sans compter que cela peut, à moyen et long terme, permettre le déploiement d’autres entraves ;
  • les entraves financières et matérielles (coupes-sanctions de subventions, expulsions ou privations d’espaces de réunion, refus de prêt de salles et de matériels), qui ont des conséquences sur la structure financière (poste « salariés ») et le modèle économique de l’association ;
  • les entraves judiciaires et administratives (plaintes, amendes, procès intentés contre des militants associatifs, refus d’agrément), qui mobilisent logiquement du temps et des moyens financiers pour se défendre et notamment payer un avocat. En cas de condamnation, les conséquences se mesurent en termes d’amendes ou de peines de prison ;
  • les entraves policières et physiques (répression physique de l’action collective, perquisitions, arrestations), dont les conséquences sont multiples : du traumatisme moral et physique au suivi long et coûteux des enquêtes, en passant par la dissuasion de l’action collective.

Sans oublier que deux types de conséquences touchent à différents degrés toutes les associations ayant subi des restrictions : le détournement de la mission principale et l’intériorisation de la menace de sanction et donc la modification des pratiques par crainte de sanctions.

Propositions

Au regard des réalités exposées, 12 propositions sont formulées comme autant de pistes pour que les pouvoirs publics acceptent les désaccords avec les associations et reconnaissent que les paroles collectives critiques sont indispensables au fonctionnement démocratique et qu’elles méritent en conséquence d’être soutenues et protégées. Le rapport prône notamment la mise en place d’une procédure de reconnaissance pour mieux protéger les associations, le renforcement de la visibilité des prérogatives du Défenseur des droits pour les personnes morales, le renforcement de la justification et la mise en place d’une procédure de protection en cas de soupçon de coupe-sanction de subvention, la clarification et la facilitation de l’accès à l’aide juridictionnelle pour les personnes morales à but non lucratif afin de financer les recours en justice, la reconnaissance des activités de contribution au débat public et de défense des droits comme étant d’intérêt général pour faciliter les dons aux associations citoyennes ou encore l’instauration de commissions mixtes d’attribution des subventions dans toutes les collectivités territoriales finançant des acteurs associatifs.

Une invitation à la transformation profonde des relations entre acteurs publics et associations est donc envoyée !

Observatoire des libertés associatives, « Une citoyenneté réprimée », oct. 2020

storage?id=1291012&type=picture&secret=0IgrcnkAxOdgOZYixTu5T5y4UMrpGIoYlnoGpdaa&timestamp=1604333122
Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Vie associative Financement Subventions Juris associations
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Télétravail et titres-restaurant, la nouvelle saga !

Télétravail et titres-restaurant, la nouvelle saga !

Le bénéfice des titres-restaurant aux télétravailleurs semblait être une question tranchée...

Rédacteur Juris associations
3 mai 2021
Aides à domicile : censure de l'interdiction de recevoir des libéralités

Aides à domicile : censure de l'interdiction de recevoir des libéralités

Voilà une décision du Conseil constitutionnel qui intéressera au plus haut point, compte tenu de...

Rédacteur Juris associations
15 avril 2021
Emploi et insertion : une relance inclusive ou rien !

Emploi et insertion : une relance inclusive ou rien !

L’année 2021 marque un effort inédit de l’État en faveur de l’inclusion dans l’emploi dans le...

Rédacteur Juris associations
1 avril 2021
Legs à une association incorrectement désignée

Legs à une association incorrectement désignée

Les ressources de nombreuses associations d’utilité publique – et, depuis la loi n° 2014-856 du...

Rédacteur Juris associations
12 mars 2021
Les fédérations sportives, bientôt pouvoirs adjudicateurs ?

Les fédérations sportives, bientôt pouvoirs adjudicateurs ?

Une fédération sportive italienne attribue un chantier par procédure négociée à une entreprise....

Rédacteur Juris associations
1 mars 2021
Relations de travail : faux départ pour l'action de groupe "discrimination"

Relations de travail : faux départ pour l'action de groupe "discrimination"

Ce jugement était très attendu car il est le tout premier à mettre en œuvre l’action de groupe...

Rédacteur Juris associations
15 février 2021
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus