Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
Retour
Eve BENAZETH
1 décembre 2020
Générosité : la confiance dans tous ses états !

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Générosité : la confiance dans tous ses états !

L’Observatoire du Don en confiance livre son rapport d’analyse sur la confiance, qui apparaît « en berne malgré la forte mobilisation du secteur associatif ». Fruit d’une étude réalisée du 14 au 20 septembre 2020 auprès d’un échantillon de 2 002 personnes représentatives de la population française de plus de 18 ans, ce rapport déroule six grands axes.

Confiance versus défiance

Les Français ont généralement une tendance à la défiance et n’accordent pas facilement leur confiance (56 %). Et à l’heure de cette crise inédite, les associations et fondations ne sont malheureusement pas épargnées par cette baisse de confiance (-16 points par rapport à 2018). Toutefois, cette baisse n’est pas identique au sein des différentes catégories de la population (donateurs réguliers, donateurs occasionnels et non-donateurs). En outre, le manque de confiance quant à l’utilisation des fonds délivrés aux associations et fondations demeure le premier frein aux dons (68 % en 2020 contre 62 % en 2019). Sont également évoqués le manque d’argent (56 %), le sentiment de déjà contribuer par ses impôts ou d’autres actions quotidiennes (37 % et 29 %), le manque de connaissance du sujet (26 %) ou encore le fait de ne pas savoir quelle cause choisir (21 %). Enfin, il apparaît que pour plus d’un Français sur deux, le fait d’avoir des preuves concrètes est le principal vecteur de confiance dans une association ou fondation (55 %), bien avant la notoriété et l’image de la structure (30 %).

Paradoxe de la confiance

Les Français font plus confiance aux associations ou fondations s’agissant du suivi dans le temps de la cause soutenue ou de l’utilisation des fonds collectés. Néanmoins, les cagnottes de particuliers en ligne, globalement bien connues des Français (67 %), disposent d’une grande notoriété chez les donateurs (73 %). Ces derniers leur accordent ainsi plus facilement leur confiance, notamment sur leur capacité à sensibiliser les plus jeunes (35 % pour une cagnotte en ligne contre 29 % pour une association ou fondation) et à lever des fonds rapidement (45 % contre 25 %).

Impacts du Covid-19

Si les Français ont vu dans la crise sanitaire une incitation à « être plus soucieux de leurs proches » (78 %), ils disent également avoir été incités à « être plus repliés sur eux-mêmes » (61 %). Autre constat mitigé, l’action des associations a été trop peu perçue pour renforcer le niveau de confiance.

Transparence

La transparence est souvent présentée comme un moyen de renforcer la confiance, de développer les comportements vertueux, et l’étude enseigne qu’un Français sur deux est prêt à partager des informations concernant sa vie professionnelle. Mais peu sont prêts à cette transparence quant à leur situation financière, leur vie personnelle ou encore leur vie sentimentale. De plus, près de deux tiers des Français estiment que la transparence de ces informations ne changerait rien à leur façon d’agir et ne les pousserait pas forcément à être plus honnêtes.

Contrôle

La croyance en l’existence d’un organisme de confiance chargé de contrôler l’action des associations et fondations est assez élevée chez les Français (45 %) et encore plus chez les donateurs réguliers (56 %). Et « l’instauration de la confiance reste un prérequis au don » puisque, selon les trois quarts des Français, un organisme de confiance permettrait de limiter les abus ou les scandales concernant les associations ou fondations, ou encore d’améliorer les pratiques et la gestion au sein desdites structures, cette part étant plus importante chez les donateurs réguliers.

Donateurs

Les non-donateurs déclarent en plus grande part « accorder difficilement » leur confiance aux associations et fondations. Pour autant, et cela se veut rassurant, ce constat n’est pas partagé par les donateurs réguliers qui, malgré leur recul de 4 %, « font confiance aux associations et fondations », qui plus est « pour lutter contre les grandes causes sociales et sociétales ».

Don en confiance, Viavoice, « Observatoire du Don en confiance – Rapport d’analyse », oct. 2020 ; Don en confiance, communiqué de presse, 9 nov. 2020

Documents
icoPaperclip32Dark Rapport d'analyse.pdf icoPaperclip32Dark CP Observatoire Don en confiance.pdf
Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Etudes Communication Dons Juris associations
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Vie associative - HCVA : une page se tourne...

Vie associative - HCVA : une page se tourne...

Le Haut-Conseil à la vie associative (HCVA) a dressé le bilan de la période 2019-2020 de la vie...

Rédacteur Juris associations
15 octobre 2021
Le guide du dirigeant d'association

Le guide du dirigeant d'association

Comme chaque année nous vous laissons découvrir le guide du dirigeant d'association mis à...

Jean-Thierry TAVERNIER
5 octobre 2021
Falsification de procès-verbaux d'une association

Falsification de procès-verbaux d'une association

Une association peut valablement être le théâtre de l’infraction de faux, comme l’atteste...

Rédacteur Juris associations
1 octobre 2021
Portrait(s) de la jeunesse en milieu associatif

Portrait(s) de la jeunesse en milieu associatif

L’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (Injep) a publié une étude...

Rédacteur Juris associations
15 septembre 2021
Dirigeants associatifs : qui a le pouvoir ?

Dirigeants associatifs : qui a le pouvoir ?

Les décisions de la Cour de discipline budgétaire et financière (CDBF) concernant les...

Rédacteur Juris associations
30 juillet 2021
Vie associative : deux lois, sinon rien !

Vie associative : deux lois, sinon rien !

Au terme d’un véritable périple législatif, deux propositions de loi déposées en 2018 ont...

Rédacteur Juris associations
15 juillet 2021