Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
Retour
Rédacteur Juris associations
15 novembre 2021
Les relations entre l’État et les associations de défense des consommateurs

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Les relations entre l’État et les associations de défense des consommateurs

Un récent rapport de la Cour des comptes traite du soutien apporté par l’État aux associations nationales agréées de défense des consommateurs dans l’objectif d’analyser si ces modalités de soutien sont favorables à la politique publique de défense des consommateurs.

Contexte

Ce rapport part du constat que pour mener sa politique de protection des consommateurs et de défense de leurs intérêts, l’État dispose de capacités de contrôle, de régulation et de sanction, s’appuyant notamment sur la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Dans le même temps, il a promu et accompagné le développement d’associations en mesure d’informer et de conseiller les consommateurs, mais aussi de les représenter et de les défendre dans leurs intérêts individuels et collectifs. Aujourd’hui, 15 associations nationales disposent d’un agrément particulier et reçoivent des subventions de la DGCCRF pour assurer ce rôle. Depuis l’émergence de ce mouvement consumériste, des évolutions économiques, technologiques et sociales considérables ont eu lieu, qui ont profondément affecté les modes de consommation, mais aussi les moyens pour les consommateurs de s’informer. De nouveaux enjeux sont apparus concernant la consommation, avec de nouvelles exigences des consommateurs (transition énergétique, qualité nutritionnelle, etc.) et de nouveaux modes d’échange sur les produits et services qui peuvent comporter des risques (exclusion numérique, actes de malveillance en ligne, etc.). Dans ce contexte, la Cour a examiné les relations entre l’État et les associations de défense des consommateurs et formule quatre recommandations.

Force et faiblesses du mouvement associatif

Si, selon la Cour, le mouvement associatif est essentiel pour la défense des consommateurs, il n’en présente pas moins d’importantes faiblesses. En effet, l’État a confié au monde associatif un rôle important dans la défense des intérêts des consommateurs, rôle concrétisé par la procédure d’agrément mise en place pour distinguer les associations qui agissent dans le domaine de la consommation et présentent des garanties d’indépendance suffisantes. Le mouvement associatif consumériste comporte toutefois des faiblesses, dont les principales ont été relevées dès la fin des années 2000 par le rapport « Laurent » (D. Laurent, « Mission sur le mouvement consumériste en France : situation et propositions d’évolutions », mai 2009) : des associations trop nombreuses, agréées sur la base de critères peu pertinents, trop dépendantes pour certaines d’entre elles de subventions publiques en constante diminution et peu à même de répondre aux évolutions des enjeux de la consommation. Les évolutions intervenues par la suite n’ont pas eu les effets escomptés. Faute pour l’État d’avoir entamé une nécessaire refonte de cette politique publique, la situation demeure peu satisfaisante.

Invitation à une évolution des politiques publiques

Selon le rapport de la Cour des comptes, l’organisation, le pilotage et les moyens de la politique publique vis-à-vis des associations de défense des consommateurs doivent évoluer. En effet, la relation que l’État entretient avec ces associations est marquée par l’absence d’une stratégie claire qui permettrait de nouer un partenariat efficace avec celles-ci. La répartition des rôles entre l’État et les associations n’est pas satisfaisante et leur action n’est pas suffisamment complémentaire. L’organisation de la politique de soutien aux associations de défense des consommateurs doit être repensée pour s’adapter à l’évolution des attentes des consommateurs. Les dispositifs d’agrément des associations ont démontré une certaine utilité, mais le renouvellement de ces agréments donne lieu à des procédures inutilement complexes, essentiellement déclaratives. Par ailleurs, entre 2010 et 2020, les subventions de la DGCCRF aux associations agréées ont globalement diminué de 40 %, une baisse de la ressource publique qui doit conduire à s’interroger sur ses modalités d’attribution qui devraient être conformes aux nouvelles priorités stratégiques. La Cour recommande d’examiner rapidement les conditions d’un fonctionnement par appels à projets, base de l’obtention d’un financement pour les associations dont les projets seraient retenus. Le recours aux appels à projets permettrait à des associations non agréées de contribuer à la politique publique de défense des consommateurs, mais aussi de concentrer les moyens sur des missions clairement identifiées et d’inciter les associations à innover dans leurs pratiques, voire à coopérer davantage.

C. comptes, « L’État et les associations de défense des consommateurs », 13 oct. 2021

storage?id=1970724&type=picture&secret=6PKuMvWZNgkSC3uxoiGBvw0GVT4vpm1MhYKmgIoS&timestamp=1636973348
Documents
icoPaperclip32Dark Rapport Cour des comptes.pdf
Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Vie associative Juris associations
1 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Urbanisme : validation de la limitation du recours des associations

Urbanisme : validation de la limitation du recours des associations

L’affaire est connue : une association a saisi le Conseil d'État d'une question prioritaire de...

Rédacteur Juris associations
16 mai 2022
Crise sanitaire : deux aides "coûts fixes" pour les associations

Crise sanitaire : deux aides "coûts fixes" pour les associations

Deux décrets publiés au Journal officiel du 5 avril 2022 décrivent les modalités de deux...

Rédacteur Juris associations
29 avril 2022
Dommage environnemental à l'étranger : intérêt à agir des associations

Dommage environnemental à l'étranger : intérêt à agir des associations

Cet arrêt s’inscrit dans un contexte jurisprudentiel caractérisé par une large admission de...

Rédacteur Juris associations
15 avril 2022
Vie associative : il va y avoir du sport !

Vie associative : il va y avoir du sport !

La loi visant à démocratiser le sport en France concerne logiquement les associations et...

Eve BENAZETH
1 avril 2022
Le contrat d'engagement jeune sur les rails

Le contrat d'engagement jeune sur les rails

Annoncé par le gouvernement depuis novembre dernier, le contrat d’engagement jeune (CEJ)...

Rédacteur Juris associations
15 mars 2022
Appréciation stricte de l'intérêt à agir des associations

Appréciation stricte de l'intérêt à agir des associations

Cet arrêt du Conseil d’État concerne l’épineuse question de l’appréciation de l’intérêt à agir...

Rédacteur Juris associations
1 mars 2022