Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
Retour
Clara Ghio
Le 20 avril 2018
Accompagner un.e volontaire en Service Civique dans son projet d'avenir

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Accompagner un.e volontaire en Service Civique dans son projet d'avenir

Les organismes accueillant des volontaires en Service Civique ont l’obligation d’accompagner leurs volontaires dans la construction de leurs projets d’avenir. Retrouvez ici quelques conseils généraux et bonnes pratiques pour réussir cet accompagnement.

Le projet d’avenir correspond au(x) projet(s) dans lequel le ou la volontaire se projette à l’issue de son Service Civique, quel qu’il soit : reprise d’une formation, recherche d’un emploi ou d’un stage, mais aussi création d’activité, engagement associatif, mobilité à l’international, etc. Le projet d’avenir ne se limite donc pas aux études et à l’emploi et doit être entendu de façon large.

Selon la loi relative au Service Civique du 10 mars 2010, les organismes d’accueil doivent assurer un “accompagnement [des volontaires] dans [leurs] réflexion[s] sur [leurs] projet[s] d'avenir.” La loi n’est cependant pas plus précise et ne prévoit ni les modalités ni le contenu de cet accompagnement, qu’il revient donc aux organismes d’accueil de définir.

En tant qu’interlocuteur.rice privilégié.e des volontaires pendant leur mission, c’est généralement le.a tuteur.rice qui se charge de l’accompagnement au projet d’avenir. Voici quelques conseils généraux et bonnes pratiques pour réussir cet accompagnement :

Ne pas attendre la fin de la mission de Service Civique pour se préoccuper du projet d'avenir du / de la volontaire

Si Rome ne s’est pas faite en un jour, les projets d’avenir non plus ! Sauf dans certains cas particuliers (par exemple lorsqu’un.e étudiant.e en année de césure a déjà une place réservée dans une formation à l’issue de sa mission), la réflexion personnelle autour de “l’après Service Civique” prend généralement du temps. Pour que l’accompagnement soit profitable au / à la volontaire, un suivi régulier doit donc être mis en place dès le début de la mission, et s’étaler sur toute la durée du Service Civique.

Il est par exemple possible de prévoir 3 (ou 4) entretiens tout au long de la mission :

  • Un premier entretien, réalisé au début de la mission, lors duquel le.a tuteur.rice prend connaissance de la situation du volontaire au niveau de son projet d’avenir, notamment sur les dimensions professionnelle et académique. Peuvent être abordés les points suivants : le.a volontaire a-t-il / elle déjà des projets après le Service Civique ? Lesquels ? Comment la mission s’inscrit-elle dans ces éventuels projets ?
  • Un second entretien, qui prend la forme d’un bilan de mi-parcours lors duquel le.a tuteur.rice fait avec le volontaire un tour d’horizon des avancées de sa mission, mais aussi de son projet d’avenir : le.a volontaire a-t-il avancé sur la construction de son projet d’avenir ? Quelle(s) démarches a-t-il/elle entrepris pour s’informer ? Quelles difficultés a-t-il/elle rencontrées ? Quelles sont les prochaines étapes ?
  • Un dernier entretien, en fin de mission, lors duquel tuteur et volontaire font un bilan de la mission en lien avec le projet d’avenir.

Pour que les échanges soient efficaces, le.a tuteur.rice peut demander à son / sa volontaire de préparer à l’avance les points qu’il.elle souhaite aborder lors de l’entretien. Cela permettra au / à la tuteur.rice d’anticiper certaines de ses demandes en formation et en conseils, et de favoriser d’éventuelles mises en relation avec des personnes ressources que le.a tuteur.rice pourra par exemple inviter à l’entretien.

En dehors de ces entretiens formels, le.a tuteur.rice peut également rappeler au volontaire qu’il se tient disponible pour répondre à ses besoins liés au projet d’avenir (relecture de CV et de lettres de motivation, aide à la préparation d’un entretien, etc.).

Créer un cadre bienveillant d’échange et de réflexion autour du projet d’avenir du / de la volontaire

Parce qu’il n’est pas un.e professionnel.le de l’orientation ou de l’insertion, le rôle du / de la tuteur.rice n’est pas de “faire à la place” du / de la volontaire en lui apportant des renseignements exhaustifs sur toutes les possibilités qui s’offrent à lui. Le rôle du / de la tuteur.rice est plutôt de créer un cadre d’échange et de de discussion pour que le.a volontaire se sente écouté.e et aiguillé.e dans les différentes étapes de sa réflexion et ne se retrouve pas “perdu.e” à la fin de son Service Civique.

L’accompagnement du / de la tuteur.rice peut alors prendre différentes formes, telles que :

  • Des échanges et discussion pour aider le.a volontaire à formuler son projet
  • Une redirection vers des ressources utiles ou des structures d’accompagnement (réseau information-jeunesse, conseillers d’orientation, services orientation des établissements d’enseignement supérieur, missions locales, pôle emploi, etc.)
  • La relecture de candidatures et une aide à la préparation d’entretien
  • La mise en réseau avec des acteurs du monde associatif et professionnel. Le Service Civique permet bien souvent aux volontaires de se créer un premier réseau qui leur permettra d’obtenir des réponses et des contacts précieux pour la suite. Pour cela, il est utile de cibler à l’avance les partenaires que le.a volontaire aurait intérêt à rencontrer, et de l’aider à préparer le rendez-vous.

Pour que le suivi soit facilité, le.a tuteur.rice peut s’appuyer sur un carnet de bord répertoriant des ressources utiles (sur l’emploi, l’orientation, la mobilité internationale…) et dans lequel le.a volontaire devra renseigner, avant chaque entretien :

  • Ses idées de projet(s) après le Service Civique
  • Ce qui lui semble compliqué
  • Ce qu’il a déjà fait
  • Ce qu’il lui reste à faire.

Considérer la réflexion autour du projet d’avenir comme une dimension à part entière du Service Civique :

La réflexion autour du projet d’avenir faisant partie intégrante du Service Civique, l’organisme d’accueil peut dégager du temps au / à la volontaire pour que, dans une limite raisonnable, celui-ci / celle-ci puisse travailler sur son projet d’avenir sur ses heures de mission. Cela peut par exemple se traduire par la participation à des événements (ateliers, conférences, colloques…), ou bien par la rencontre avec des professionnel.le.s.

Lorsque c’est possible, il peut enfin être utile et valorisant pour le volontaire de lui proposer, dans le cadre de sa mission, quelques tâches en lien avec son projet d’avenir. Si votre association possède un site internet, pourquoi ne pas proposer au volontaire qui souhaite devenir journaliste de rédiger quelques articles pour l’enrichir ? Cela ne pourra que stimuler sa motivation pour la mission.

Aider à l’identification et à la valorisation des compétences acquises lors de la mission de Service Civique

Les bénéfices du Service Civique sont nombreux : ce dispositif permet d’être sensibilisé.e à l’engagement, de découvrir un nouvel univers, de rencontrer de nouvelles personnes… mais aussi d’acquérir de nouvelles compétences, que le.a volontaire pourra valoriser dans la suite de son parcours (académique et professionnel notamment).

On constate pourtant que, bien souvent, les volontaires ont des difficultés à identifier et à valoriser les compétences que leur Service Civique leur a permis d’acquérir. L’un des axes de l’accompagnement au projet d’avenir peut donc consister à leur proposer une formation / un entretien pour les aider à :

  • retracer leur parcours (Service Civique et autres expériences)
  • repérer les savoirs, savoir-faire, savoir-être qui ont été développés pour les traduire en compétences professionnelles
  • bénéficier de conseils pour savoir comment les valoriser selon la nature de son projet (dans un CV, une lettre de motivation et un entretien).

Pour ce faire, il est possible d’utiliser le portfolio “Bénévolat et compétences” développé par l’association Animafac et disponible en ligne.

Précisons également qu’il revient à l’organisme d’accueil d’établir avec ses volontaires un bilan nominatif qui décrit les activités exercées pendant le Service Civique et évalue les compétences acquises au cour de leur mission. Pour en savoir plus sur ce bilan nominatif, consultez le Guide des tuteurs de l’Agence du Service Civique (disponible en ligne).

Et après la fin de la mission ?

Que deviennent les volontaires après la fin de leur mission ? Parce que le projet d’avenir du / de la volontaire ne se concrétisera pas forcément dès la fin de sa mission, il peut être intéressant de garder un contact avec le.a volontaire dans les semaines et les mois qui suivent pour prendre de ses nouvelles, suivre ses avancées, et continuer à lui apporter son aide si nécessaire.

Après la fin de la mission, l’Institut de l’engagement peut également prendre le relais pour accompagner le.a volontaire dans son projet d’avenir. Chaque année, l’Institut de l’engagement accompagne plusieurs centaines d’ancien.ne.s volontaires (Service Civique, Service Volontaire Européen ou Volontariat de Solidarité Internationale) dans leurs projets d’avenir. Deux sessions de sélection sont organisées chaque année, lors desquelles les volontaires intéressé.e.s peuvent déposer un dossier de candidature. Une partie de ce dossier devra d’ailleurs être remplie par le.a tuteur.rice, à défaut de quoi le.a volontaire ne pourra pas valider son dossier. Si le.a volontaire est admissible, il / elle sera invité.e à passer un entretien, à l’issue duquel l’Institut prononcera ou non son admission dans l’un des trois parcours : formation, création d’activité, professionnel. Les volontaires admis.es recevront alors le soutien d’un.e parrain / marraine, un accompagnement personnalisé, la mise en relation avec des partenaires, des bourses, etc. en fonction de leurs besoins.

Pour aller plus loin : quelques outils et ressources à retrouver sur internet

L’Institut de l’engagement

Guide des tuteurs de l’Agence du Service Civique

Portfolio Bénévolat & compétences d’Animafac

storage?id=305236&type=picture&secret=lezqoeVMD0wiuFTZdiN2QU2Mmz2Cclh5ovILFaJ1&timestamp=1524232208
Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Animafac Ressources humaines Service Civique
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Gouvernance 1 : contrôler et équilibrer les pouvoirs

Gouvernance 1 : contrôler et équilibrer les pouvoirs

1ère dimension abordée de ce qui fait la gouvernance : le contrôle et l’équilibre des...

Pascal de Compétence Bénévolat
25 novembre 2018
Organiser la prospection de candidats bénévoles en interne

Organiser la prospection de candidats bénévoles en interne

Lorsque l'association a besoin de nouveaux bénévoles, nous conseillons aux responsables du...

Isabelle Persoz
15 novembre 2018
Que veut-on dire par la ‘’gouvernance<br />
associative’’ ?

Que veut-on dire par la ‘’gouvernance
associative’’ ?

L’expression est assez récente et fait écho à l’actualité économique américaine ; des grands...

Pascal de Compétence Bénévolat
9 novembre 2018
Le guide du dirigeant d'association - édition 2018

Le guide du dirigeant d'association - édition 2018

Nous sommes heureux de partager avec vous, notre guide (édition 2018) dédié aux dirigeants...

Jean-Thierry Tavernier
26 septembre 2018
Comment s'appuyer sur Internet pour mobiliser les bonnes volontés ?

Comment s'appuyer sur Internet pour mobiliser les bonnes volontés ?

Un Français sur quatre est bénévole dans une association. Environ 40% pourraient les rejoindre,...

Cécile Bazin
25 septembre 2018
Faire connaître la<br />
richesse du secteur associatif

Faire connaître la
richesse du secteur associatif

Salariés, bénévoles et partenaires des associations savent bien à quel point elles sont utiles,...

Cécile Bazin
25 septembre 2018
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus