Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
Retour
Pascal Loviconi
Le 27 avril 2018
Dépasser le mécénat et aller vers les "partenariats entreprises" !

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter
icoCross16Dark

Dépasser le mécénat et aller vers les "partenariats entreprises" !

Résumé

Une association qui décide de travailler davantage avec les entreprises de son territoire peut avoir intérêt à ne pas se focaliser sur le mécénat mais à penser plus largement en termes de diversité de ''partenariats-entreprises’’.

1. Soyons transparents et clairs.

Le mécénat n’est pas un remède miracle. Il n’est pas une solution pour combler un budget en déficit pour cause de déséquilibre structurel. Il représente en moyenne 4,5 % du budget d’une association. Il n’a pas vocation à palier un manque de subvention publique, ce n’est pas son rôle social, cela ne relève pas de son sens, car une entreprise ne ‘’redistribue’’ rien qu’elle ait prélevé ailleurs ; elle contribue à quelque chose dans l’intérêt de son développement.

Ceci étant posé côté principes, positivons !

Un acteur d’intérêt général qui se prépare à rentrer dans ce type de démarche a intérêt à voir plus large que le seul ''mécénat''. En effet :

2. Lister ses besoins

Une fois vos fondamentaux du projet stratégique revisités et les projets ouverts au partenariat avec des acteurs privés définis, vous allez clairement lister vos besoins.

Quelques exemples de types de besoins :

- de méthode de conduite de projet,

- de relations médias,

- de compétence dans une technique particulière,

- de ‘’bras’’ pour un chantier quelconque,

- de matériaux,

- de mises en relation,

- de prise en charge de prestations techniques, …

Ce faisant, vous vous mettez en situation de présenter à des futurs contacts en entreprise toute une série de modes relations, que l’on peut par exemple qualifier de ‘’partenariats’’ pour dépasser le seul mode relationnel du ‘’mécénat’’ (qui relève du don).

3. Quels sont donc ces autres types de relations associations - entreprises ?

Sans être exhaustif, on peut citer :

- le fait de réfléchir au développement du territoire à plusieurs partenaires autour d’une table (où vous pouvez être invité mais où vous pouvez aussi être l’invitant qui organise des temps d’échanges entre acteurs locaux ; cela fait évoluer votre positionnement et crédibilise votre expertise)

- le fait d’inviter des entreprises à mieux maîtriser certaines compétences qui les aideront à concrétiser plus avant leurs engagements en ‘’développement durable’’ : par ex. en économie d’énergie, protection accrue de la nature, qualité des relations humaines et bien-être au travail, etc

- le fait de proposer à la vente vos prestations associatives (si votre activité à une dimension marchande) : études, ventes, animations, votre image (dans ce dernier cas on parle de ‘’sponsoring’’ ou ‘’parrainage’’), …

- le fait d’être dans une posture hybride qui mixe la vive critique du non respect de divers droits que vous auriez dûment constaté et la mise à disposition de votre expertise qui permettrait de corriger cela

- le fait de proposer de soutenir financièrement des projets qui permettent d’exprimer une sensibilité à telle ou telle cause ou territoire (dans ce cas, sous diverses conditions, cela peut être qualifié de mécénat)

- le fait de travailler avec une entreprise à la création commune d’un bien ou d’un service (par la combinaison de vos savoir-faire respectifs).

4. Réfléchir aux modes d'implication

Sans que ce soit un ‘’type de relation’’, comme association, vous avez intérêt pour tout partenariat à réfléchir au mode d’implication possible du personnel de l’entreprise. Elles ont des attentes croissantes de ce côté.

Conclusion

N’oublions pas qu’un partenariat est une forme d’échange, et que si une association peut chercher à satisfaire ses besoins, elle peut également aider l‘entreprise à recenser les siens et voir en quoi son savoir - faire ‘’associatif’’, par exemple celui de fédérer et ''faire ensemble'' peut l’aider. Dès lors, aucune partie n’est supérieure à l’autre, mais une coopération s’engage, qui dépasse l’asymétrie de la relation donateur – receveur.

storage?id=311301&type=picture&secret=4HlSH39EWnGWhfBI2qV0dOLNu5iJbIjoE6nzDLpd&timestamp=1525044859
Découvrez davantage d'articles sur ces thèmes :
Accointance Financement Partenariats
0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Droit européen : la liberté d'association consacrée par la Cour de justice

Droit européen : la liberté d'association consacrée par la Cour de justice

Un récent arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) est d’importance en ce qu’il...

Rédacteur Juris associations
30 juillet 2020
Crise sanitaire : une nouvelle vague... juridique !

Crise sanitaire : une nouvelle vague... juridique !

Le Covid-19 n’en a pas fini de faire la une de l’actualité… et l’actualité juridique ne fait pas...

Eve Benazeth
20 juillet 2020
La philanthropie à la mode... de chez nous !

La philanthropie à la mode... de chez nous !

Dans le cadre de la mission parlementaire qui leur avait été confiée en juillet 2019, les...

Eve Benazeth
1 juillet 2020
L'ESS, un secteur où il fait (encore) bon travailler

L'ESS, un secteur où il fait (encore) bon travailler

La qualité de vie au travail (QVT) « désigne et regroupe sous un même intitulé les actions qui...

Rédacteur Juris associations
15 juin 2020
Subventions publiques : des instructions reçues 5 sur 5 !

Subventions publiques : des instructions reçues 5 sur 5 !

À l’heure où de nombreuses associations ont dû cesser temporairement leurs activités ou reporter...

Eve Benazeth
2 juin 2020
RSA, bénévolat... et volontariat ?

RSA, bénévolat... et volontariat ?

On se souvient de la saga judiciaire qui avait conduit le Conseil d’État à se prononcer sur la...

Rédacteur Juris associations
15 mai 2020
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus